Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Le duc et la duchesse de Vendôme en famille donnent le départ à Dreux de la course cycliste Paris-Tours 10/10/2016

Le départ du Paris-Tours a été donné, ce dimanche 9 octobre 2016, depuis la place Mésirard à Dreux. Une fête populaire qui a enthousiasmé les Drouais, les élus et même le prince Jean de France, duc de Vendôme... Dreux en a rêvé, Dreux a eu son départ du Paris-Tours. En effet, Dreux accueillait le départ de la 110e édition de Paris-Tours, l’une des plus anciennes classiques du calendrier international (1896) et véritable répétition générale des prochains championnats du monde qui auront lieu au Quatar. 24 équipes et 188 concurrents se disputaient le titre qui a vu des vainqueurs comme Jacky Durand (1998), Richard Virenque (2001) ou Philippe Gilbert (2008 et 2009). La foule s'était massée le long de la place Mésirard dans une ambiance très familiale et festive. L'esprit des courses cyclistes avec ce côté populaire que Gérard Hamel, maire de Dreux, apprécie tant. Le maire et son équipe municipale n'ont pas boudé leur plaisir. Au pied du podium de présentation des équipes sur le départ, une dizaine d'adjoints et de conseillers municipaux, assistent à la mise en jambe des coureurs. Derrière les barrières, on se dispute les autographes de ses idoles. Les coureurs jouent le jeu et signent à tour de bras avant de rejoindre la ligne de départ. Il y en a un autre qui ne s'est pas privé de ce moment festif. C'est le prince Jean, duc de Vendôme, venu avec son épouse, la princesse Philomena et ses quatre enfants pour participer à cette grande fête du vélo qui a animé toute une matinée drouaise. Poignées de mains avec les coureurs, top départ aux côtés de Gérard Hamel et Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, le prince finira dans la voiture de Bernard Hinault : en route pour Tours avec les cyclistes. Presqu'un rêve de gosse pour un prince qui se passionne pour le sport. La veille, samedi 8 octobre avait lieu au Parc des expositions de Dreux le congrès et le 60e anniversaire de l’association des maires d’Eure-et-Loir. Plus de 350 maires avaient répondu présent. Au cours de l’après midi, le prince Jean et la princesse Philomena, duc et duchesse de Vendôme, accueillaient au Domaine Royal les conjoints des maires pour une visite de la Chapelle et du parc.Christian Prudhomme, directeur du Tour de France et Bernard Hinault accompagnés de Christophe Le Dorven et Mourad Souni adjoints au maire ont aussi fait la visite. Le duc et la duchesse de Vendôme étaient les invités de Monsieur Hamel, Maire de Dreux, au dîner clôturant la journée des maires d’Eure-et-Loir et du Tour de France, au départ de cette prestigieuse classique que le Prince a suivi avec Bernard Hinault.

Source : l'Echo Républicain

Le prince Louis de Bourbon, aîné des Capétiens, préside à la cathédrale de Reims les cérémonies pour le 1200ème anniversaire du sacre de Louis VII le Pieux 10/10/2016

14522745_632592063586758_3367239410464011417_n.jpg
Le Prince Louis de Bourbon entouré à gauche du Député-Maire de Reims M. Arnaud Robinet et à droite du Sénateur de l'Yonne M. Jean-Baptiste Lemoyne.
Samedi 8 octobre 2016, en la cathédrale de Reims, quatre cents personnes ont assisté à la cérémonie marquant le 1200ème anniversaire du sacre de Louis VII le Pieux et, à cette occasion le prince Louis de Bourbon, a dévoilé une plaque de marbre sur laquelle ont été gravés les noms et les dates des sacres des trente-et-un rois sacrés dans la cathédrale depuis douze siècles. A ses côtés, Monseigneur Thierry Jordan, archevêque de Reims, Monsieur Arnaud Robinet, député-maire de Reims, le prince de Bauffremont, Président de l’Institut de la Maison de Bourbon et Monsieur Bernard Poret, Président de la Société des Amis de la Cathédrale. Dans son allocution Mgr Jourdan souligna la relation particulière existant, depuis bientôt mille ans, entre cette cathédrale et la famille Capétienne dont le duc d’Anjou est l'aîné actuel.Le prince Louis de Bourbon prononça ensuite un discours dans lequel il commença par remercier Patrick Demouy, auteur d'un magnifique ouvrage sur "le sacre du roi". "Ainsi une plaque est installée dans la cathédrale pour commémorer les 31 sacres qui, depuis celui de Louis le Pieux, il y a 1200 ans, y ont été célébrés et notamment ceux des capétiens. Plusieurs fois par siècle cette cathédrale retrouvait la solennité des sacres, véritable colonne vertébrale de la royauté.En effet si le règne du roi commençait à la mort de son prédécesseur, seul, le sacre lui conférait cette dimension supérieure qui faisait de la royauté française un pouvoir différent des autres.Par le sacre, le divin et l’humain, se conjuguaient pour permettre au roi d’exercer sa mission au service du bien commun. La dureté du pouvoir des hommes se trouvait compensée par la charité du prince chrétien. Les promesses du sacre obligeaient le roi à tendre aussi vers la sainteté. Si Saint Louis en fut le modèle, tous les rois savaient qu’ils devaient se rapprocher de cet exemple.La ville de Reims demeure profondément marquée par ce rôle unique qu’elle eut dans l’histoire de notre pays. Et si quelques sacres eurent lieu ailleurs, c’est bien ici que la symbolique demeure la plus forte. Bien évidemment la ville le doit au baptême de Clovis qui en fut le théâtre à l’aube de la royauté franque puis aux sacres et notamment au premier. Le colloque qui se tiendra cet après-midi aidera à le comprendre et je remercie vivement ceux qui présenteront leurs recherches.Je me souviens de ma venue ici en 1996 et du privilège qui m’avait été donné de pouvoir tenir dans mes mains les restes de la Sainte Ampoule, conservant le Saint Chrême, miraculeusement conservée à l’Archevêché après qu’elle ait été profanée lors des journées révolutionnaires qui ensanglantèrent la ville.Oui, Reims s’inscrit dans une lignée de l’histoire de France qui peut paraître parfois si inactuelle, où se côtoient Clovis, Louis-le-Pieux, Saint-Louis, Jeanne d’Arc, où le toucher des malades le jour des sacres avait tant d’importance pour les présents, en un mot la lignée de tout ce qui a permis à la France de mériter le nom de fille aînée de l’Eglise". Enfin, Monsieur Arnaud Robinet, Député-maire de Reims, clôt cette séquence par un propos dans lequel il évoqua sa passion pour l’Histoire.Après un cocktail dans la salle basse du Palais du Tau,
offert par l’Association « Les Amis de la Cathédrale », .et un déjeuner, le prince assiste dans la salle des Festins du Palais du Tau, à une série de trois conférences « Autour du sacre de Louis Ier le Pieux, le 5 octobre 816 » données par Dame Janet Nelson, maître de conférences du King’s College de Londres, Madame Mayke de Jong, maître de conférences à l’Université d’Utrecht, et enfin, Madame Annette Grabowsky, maître de conférences à l’Université de Tübingen. La journée s'achève par un concert en la cathédrale d'une impressionnante reconstitution de la messe du sacre de Louis Ier le Pieux en 816.

La santé du roi Bhumibol Adulyadej de Thaïlande, jugée instable, plonge le pays dans l'inquiétude 10/10/2016

2016-10-10T062149Z_1_LYNXNPEC990E4_RTROPTP_3_THAILAND.JPG.cf.jpg
Le roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, 88 ans, hospitalisé presqu’en permanence depuis deux ans, a été placé sous assistance respiratoire cette semaine, a annoncé dimanche 9 octobre 2016 le Palais royal, précisant que son état n‘était “pas stable”.Plus vieux monarque en exercice avec 70 ans sur le trône, le roi est profondément vénéré en Thaïlande mais sa santé fragile inspire beaucoup d’inquiétude et il n’a pas été vu en public depuis près d’un an. Selon un communiqué du Palais royal, le souverain a été placé sous assistance respiratoire après que sa tension artérielle s’est effondrée à la suite de procédures médicales devant le préparer à une dialyse et au changement d’un drain.“L‘équipe médicale surveille ses symptômes et lui administre les traitements avec prudence car les symptômes de sa maladie ne sont pas stables”, a ajouté le communiqué. Au cours des derniers mois, le Palais royal a publié régulièrement des communiqué sur l‘état de santé du roi qui souffre notamment d’une défaillance rénale. Au cours des deux dernières années, le souverain a été soigné pour des infections bactériennes, des difficultés respiratoires, des problèmes cardiaques et une hydrocéphalie, accumulation de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau.Ses portraits sont omniprésents à travers le pays et le culte de la personnalité a encore été renforcé depuis le coup d’Etat du 22 mai 2014, réalisé au nom de la défense de la monarchie. La famille royale est protégée par une des lois de lèse-majesté les plus sévères au monde.Dans un pays très divisé politiquement, le sujet de sa succession est extrêmement sensible. Le roi n’a aucune prérogative constitutionnelle mais il exerce une très forte autorité morale et reste considéré comme la seule personnalité capable de réunir les Thaïlandais.

Source : AFP

Activités de la famille grand-ducale de Luxembourg 10/10/2016

Ce dimanche 9 octobre 2016 la Grande-Duchesse de Luxembourg, Maria Teresa, accompagnée de la grande-duchesse héritière Stéphanie, a assisté à la messe pontificale donnée à l'occasion de la clôture des festivités du 350e anniversaire de l'élection de Notre-Dame Consolatrice des Affligés comme patronne de la ville de Luxembourg. L'archevêque de Luxembourg, Mgr Jean-Claude Hollerich a présenté une vingtaine de jeunes qui exerceront désormais leurs fonctions en tant que "Grands Clercs de la Cathédrale de Notre-Dame de Luxembourg". Dans le même temps, au "Kanounenhiwel", le monument national de solidarité, le Grand-Duc, le Premier ministre Xavier Bettel, le président de la Chambre des députés Mars Di Bartolomeo, le bourgmestre de la capitale Lydie Polfer ainsi que le Général Romain Mancinelli, Chef d'Etat- Major de l'Armée se sont recueillis à l'occasion de la Journée de la commémoration nationale en souvenir des victimes de la barbarie nazie. Après avoir déposé une couronne de fleurs devant le monument pour ensuite ranimer la flamme du souvenir, le Grand-Duc a salué les porte-drapeaux, les membres du comité pour la mémoire de la Seconde Guerre Mondiale, les représentants des mouvements et associations patriotiques, le Corps diplomatique, les autorités luxembourgeoises ainsi qu’un groupe de jeunes porteurs d’histoire et de mémoire.La veille le Grand-Duc et la Grande-Duchesse, accompagnés du couple héritier Guillaume et Stéphanie, avaient participé à la 16ème nuit des Musées en visitant notamment le NaturMusée et la Villa Vauban parmi dans les sept musées de la capitale ouverts nuitamment, retrouvant à la Villa Vauban le Premier Ministre et Ministre de la culture Xavier Bettel, le secrétaire d'Etat à la culture Guy Arendt et la bourgmestre de Luxembourg Lydie Polfer.
<  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13  >