Les "Royal News" ont pour objectif de vous informer des dernières actualités publiées sur les Familles Royales du Gotha. Les articles cités ici sont soit des extraits d'articles de presse, parus sur différents sites on-line, dont la source est mentionnée et que pouvez lire en intégralité en cliquant sur le lien, soit des informations fournies par les différents services de presse des Maisons Royales et que Stéphane Bern a synthétisées, traduites ou réécrites en citant ses sources.

Septembre 2017

Le roi Felipe VI d'Espagne charge Marianno Rajoy de former un nouveau gouvernement 25/10/2016

XVM6c19f326-9ac9-11e6-98ad-024241f442a6.jpg
La crise politique que connaît l'Espagne depuis près d'un an serait-elle sur le point de se résoudre? Ce mardi 25 octobre 2016, le chef du gouvernement sortant, le conservateur Mariano Rajoy, au pouvoir depuis 2011, a été chargé par le roi de former un nouveau gouvernement, dont l'investiture semble acquise depuis que les socialistes ont levé leur veto, après dix mois de blocage. «J'ai accepté de me soumettre à nouveau à la confiance de la chambre», a déclaré Mariano Rajoy, qui avait remporté les législatives de juin avec seulement 33% des voix, après sa rencontre avec le roi Felipe VI.Mercredi 26 octobre, à partir de 18 heures, débutera le débat d'investiture à la Chambre des députés (Cortès), le vote décisif étant attendu pour samedi 29/10. Le chef du Parti populaire (PP) a besoin d'une majorité absolue de 176 voix pour être élu premier ministre. Seul problème, son parti et ses alliés ne disposent que de 170 sièges de députés. Le chef du gouvernement sortant, qui avait perdu un premier vote de confiance le 2 septembre, est pourtant assuré d'obtenir la confiance des députés, au plus tard dimanche lors du deuxième vote, grâce à l'appui de Ciudadanos et, surtout, l'abstention des élus socialistes qui, jusqu'à présent, s'étaient bornés à dire «non» à la candidature de Mariano Rajoy. Les socialistes devraient en effet dire «non» lors du premier tour, puis s'abstenir au second: une manière de signifier que c'est à contrecoeur qu'ils laissent gouverner la droite. Une décision critiquée au sein du Parti socialiste (PSOE), mais qualifiée par le premier ministre sortant de «raisonnable».Ce mardi soir, face à la presse, Mariano Rajoy s'est dit «conscient des difficultés que suppose un gouvernement minoritaire». Sans majorité au Parlement, il devra négocier avec les socialistes texte après texte. Le leader conservateur a néanmoins assuré qu'il allait «essayer de faire en sorte que le mandat dure quatre ans».Comment l'Espagne en est-elle arrivée à un tel point? Le 20 décembre dernier, les élections législatives livrent un Parlement très morcelé avec un PP qui perd une soixantaine de sièges, et un Parti socialiste en déroute. Face à ces deux partis traditionnels, l'émergence de Podemos (gauche radicale) et de Ciudadanos (libéraux) laisse un échiquier politique chamboulé. Résultat: aucune formation n'obtient la majorité absolue.Si Mariano Rajoy est mandaté par le roi pour former un nouveau gouvernement, l'accord est impossible entre le PP et le PSOE de Pedro Sanchez, qui refuse de sceller un accord de «grande coalition». Pablo Iglesias, chef charismatique de Podemos, propose, lui, de former un gouvernement avec les socialistes, à condition d'en occuper la vice-présidence. Mais au-delà des hypothèses, l'arithmétique électorale bloque la plupart des solutions: les sièges du PSOE additionnés à ceux de Podemos ne constituent pas une majorité face aux sièges du PP et de Ciudadanos. Face à cette nouvelle impasse, le roi acte l'échec des négociations, dissout le Congrès le 3 mai et convoque de nouvelles élections.Le 26 juin dernier, les Espagnols sont de nouveau appelés aux urnes, pour la deuxième fois en six mois. Mais les résultats ne changent pas la donne. Le PP améliore certes son score, mais reste bien en deçà de la majorité absolue au Parlement. Le PSOE, quant à lui, arrive en deuxième position mais réduit son nombre de sièges. Mariano Rajoy se relance alors dans des négociations pour former un gouvernement. Pedro Sanchez lui adresse à nouveau une fin de non-recevoir, début août.Le PP va finalement réussir à s'allier avec Ciudadanos au terme d'intenses tractations, ce qui pourrait lui permettre de former un gouvernement minoritaire. Seulement, le 2 septembre, Mariano Rajoy échoue une nouvelle fois à obtenir la confiance du Parlement. Alors que le pays est dans une impasse, et que de nouvelles élections sont envisagées, Pedro Sanchez, le chef du PSOE est mis en minorité le 1er octobre et démissionne, payant ainsi son intransigeance face à Mariano Rajoy.Finalement, le 23 octobre dernier, les socialistes décident de s'abstenir lors du prochain vote de confiance, et décident de laisser gouverner Mariano Rajoy pour mettre fin à la paralysie politique.

Source : Le Figaro

Décès à 84 ans de l'émir Khalifa bin Hamad Al-Thani, grand-père de l'Emir du Qatar 24/10/2016

Emir.jpg
Le Qatar a annoncé dimanche 23 octobre 2016 trois jours de deuil national après la mort de l'ancien émir Khalifa bin Hamad Al-Thani, qui a régné de 1972 à 1995 quand il avait été déposé par son fils.L'ancien émir, qui était aussi le grand-père de l'actuel émir Tamim bin Hamad Al-Thani, est mort dimanche à l'âge de 84 ans, a précisé le palais royal dans un communiqué, sans le moindre détail sur les circonstances de sa mort. Le défunt avait été renversé en 1995 par son fils lors d'un coup d'État sans violence et alors qu'il se trouvait en vacances à Genève.Il a été l'un des premiers dirigeants du Qatar après son indépendance de la Grande-Bretagne en 1971. Pendant son règne, le Qatar a commencé à se moderniser et développé ses richesses en énergie. Il est aussi l'un des fondateurs du Conseil de coopération du Golfe, union politique et économique de six Etats dans la région, dont le Qatar.Après avoir été exclu du pouvoir, l'ancien émir s'était installé en France. Il était revenu au Qatar en 2004.

Source : AFP

Raine Spencer, la belle-mère de Diana, princesse de Galles, décède à l'âge de 87 ans 22/10/2016

2829AC2400000578-3859566-Earl_Spencer_and_his_wife_Raine_who_died_today_outside_their_hom-a-71_1477064593930.jpg
Le comte Spencer, père de Diana, et sa seconde épouse, Raine Spencer
Raine Spencer, belle-mère de Diana, la princesse de Galles est décédée ce vendredi 21 octobre 2016 à l'âge de 87 ans après une courte maladie. La comtesse Spencer s'est éteinte à son domicile londonien a confirmé son fils William Legge, Earl of Dartmouth et membre du Parlement sous l'étiquette Ukip. Dans un communiqué, la famille a déclaré "Raine, Comtesse Spencer, est décédée paisiblement à son domicile londonien ce 21octobre 2016 après une courte maladie". The socialite met Earl Spencer, Diana's father, when she was a young Conservative councillor where she was known for her enormous bouffant hair, pearls, scarves and grand tones. They married in 1976 and remained together until his death in 1992. As Countess Spencer she was notoriously unpopular with her stepdaughter, Diana, Princess of Wales although personal letters between the two which were leaked in 2012 appear to show a softer side to their relationship.Countess Spencer, born in 1929, was the only daughter of Alexander McCorquodale and the noted novelist Dame Barbara Cartland.Through her three marriages she was known as the Comtesse Jean-François Pineton de Chambrun, Lady Dartmouth and Lady Lewisham.The wedding of Raine Spencer and Gerald Legge, Earl of Dartmouth, at St Margaret's Church, Westminster, London, July 21st 1948. It was the first of her three marriages. She divorced him in 1976, before remarrying her second husband the same year.In 1947 an 18-year-old Raine McCorquodale was launched as a debutante into London high society. She had a successful season where she was named 'Deb of the Year' and prompty became engaged to the heir of an earldom, the Hon. Gerald Humphry Legge.She and Legge married on July 21 1948 and he became the 9th Earl of Dartmouth in 1962. The couple had four children. Following her marriage, Lady Dartmouth began to take a strong interest in politics and at 23 she became the youngest member of Westminster City Council as a Conservative.As Lady Lewisham, and later Lady Dartmouth, she remained in local government for 17 years and sat on Westminster's town planning, parks and personnel committees. Raine Spencer married a French count just 33 days after they met. Count Jean-Francois de Chambrun was six years younger than his bride-to-be, whom he wed in London in 1993. He was her third husband but they divorced just two years later in 1995.

Devant le Grand Palais de Bangkok, le peuple thaï rend hommage au roi Bhumibol décédé 22/10/2016

1028325372.jpg
Des dizaines de milliers de Thaïlandais vêtus de noir ont convergé ce samedi 22 octobre 2016 aux abords du grand palais à Bangkok pour chanter l'hymne royal en l'honneur du roi Bhumibol Adulyadej, mort dix jours plus tôt.La mort de ce monarque, considéré après 70 ans de règne comme un demi-dieu par la plupart de ses compatriotes, sera suivie d'une année de deuil.Et les Thaïlandais ont été invités à s'habiller de noir pendant au moins 30 jours pendant lesquels le secteur du divertissement a pour consigne d'être discret. Certains ont parcouru des centaines de kilomètres pour honorer samedi en chanson sa mémoire en présence d'un orchestre professionnel sur les pelouses devant le palais royal où se trouve la dépouille du roi.Beaucoup sont arrivés la veille et ont dressé des tentes quand d'autres ont simplement dormi sur des nattes de bambous."L'atmosphère est incroyable", raconte Sethabutra Biraseranee, dans la chaleur étouffante de Bangkok."Tous ces gens sont simplement venus pour lui rendre hommage, ce qui montre à quel point il était grand", ajoute-t-elle.Ces derniers jours, la junte a encouragé de telles manifestations publiques de masse. Les militaires sont au pouvoir depuis un coup d'Etat en mai 2014 qui visait notamment à protéger la monarchie.Le respect du deuil royal est un sujet très sensible en Thaïlande. Plusieurs cas de personnes agressées par la foule pour n'avoir pas porté le noir de rigueur ont émergé ces derniers jours sur les réseaux sociaux.Les fonctionnaires thaïlandais sont supposés s'habiller en noir pendant une année et certains Thaïlandais disent vouloir faire de même.Les écrans publicitaires de Bangkok restent noirs et les programmes télévisés habituels sont remplacés par un programme officiel qui rappelle depuis des jours la vie et l'oeuvre du roi.Quelques heures après la mort de Bhumibol, le prince héritier avait surpris en demandant un "délai" avant de monter sur le trône. Prem Tinsulanonda, principal conseiller du roi, est devenu régent, comme le veut la Constitution.Le soutien à la monarchie a souvent permis aux Thaïlandais de retrouver une certaine unité, alors que la politique déchire la société.

Source : AFP
<  1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19  >